Pour une philosophie politique des inégalités écologiques. Lire L’Environnementalisme des pauvres aujourd’hui

Il s’agit d’un article sur la pensée de l’économiste Joan Martinez-Alier, et sur les implications politiques plus générales de l’économie écologique, qui sera publié en espagnol (dans une version légèrement abrégée) dans la revue « Conceptos historicos ».

L’idée selon laquelle des motifs écologiques, ou environnementaux, peuvent justifier une critique plus ou moins radicale des structures sociales et économiques associées au développement industriel capitaliste ainsi que des paradigmes sociologiques en vigueur est aujourd’hui sans doute la plus banale que l’on puisse imaginer. Pourtant, on est en droit de dire que la forme mature et conséquente de cette critique est encore à trouver, ne serait-ce qu’en considérant un instant son état actuel et ses difficultés à s’imposer. Cette situation tient d’abord à l’histoire très particulière du mouvement écologiste. Il n’était en effet encore qu’une curiosité marginale dans l’immédiat après-guerre, en Europe et plus encore dans le reste du monde, principalement parce qu’il n’était pas clairement situé sur l’échiquier politique alors établi, qui distribuait les positions selon un axe orienté par l’adhésion ou le refus du marché libre. Or ce même mouvement semble être devenu en un temps extrêmement bref, en quelques décennies, aussi ordinaire qu’inoffensif. La prise de conscience des risques et des dommages environnementaux a été incorporée à des dispositifs normatifs et légaux d’ampleur assez faible, en général mis en place pour protéger l’ordre marchand plutôt que pour en limiter l’expansion, et qui ont laissé hors de portée les grandes options énergétiques et industrielles. La critique écologique a parallèlement été emportée par l’érosion des mobilisations populaires, pour se formuler le plus souvent comme un ensemble de principes abstraits et universaux sur l’humanité et la nature, sans prise réelle sur les dynamiques historiques en cours. La politisation tardive et rapide des questions environnementales correspond donc à son affadissement dans une forme faible d’indignation morale, qui reste éloignée du projet pourtant légitime et urgent de refondation écologique de la modernité. Lire la suite

L’ubiquité des modernes. Souveraineté territoriale et écologie globale

Il s’agit de la captation vidéo d’une conférence donnée le 2 février 2017 au séminaire « Cosmopolitiques de la territorialité », de Philippe Descola, au Collège de France.

Ce travail correspond à un tout nouveau chantier de recherches sur la dimension spatiale des politiques modernes de la nature.

https://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/seminar-2017-02-02-10h00.htm

Constructivisme et urgence environnementale

Ce texte est une tribune parue sur La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Constructivisme-et-urgence-environnementale.html
Il revient de manière
légèrement polémique sur les critiques énoncées dans le domaine des études environnementales contre l’approche dite constructiviste des rapports à la nature.

Il en va peut-être des théories sociales comme des modes vestimentaires : après avoir séduit une partie significative du public, après avoir été acceptées comme des habitudes ordinaires, elles finissent par lasser, et bien vite leurs défauts vont sauter aux yeux de tous, avant qu’elles ne soient abandonnées. Or c’est en quelque sorte ce qui est en train d’arriver au ci-devant constructivisme. Lire la suite

Thèse (Conclusion)

Le texte suivant est la conclusion de ma thèse, intitulée « Les rapports collectifs à l’environnement naturel. Perspectives philosophiques et anthropologiques », et soutenue en 2012 à l’Université de Franche-Comté.

Je mets ce texte à disposition car il résumait les enjeux de ce travail différemment de ce qui a ensuite été publié dans mon livre La fin d’un grand partage (CNRS éd., 2015). Lire la suite

Une histoire politique de l’abondance. Lecture de Carbon Democracy, Timothy Mitchell, 2011

Ce texte est issu du séminaire « Vingt ans de sciences sociales », organisé à l’EHESS en 2015-2016 avec F. Hulak, B. Karsenti, et G. Salmon.

Carbon Democracy est un ouvrage publié en 2011 en anglais, et en 2013 en français, par l’anthropologue américain Timothy Mitchell. Ce livre propose une interprétation extrêmement forte de la dynamique de modernisation, dont l’essentiel tient dans une courte phrase, au début du livre : « Les combustibles fossiles, écrit-il, ont contribué à créer la possibilité et à définir les limites de la démocratie moderne »[1]. Cette formule fait écho à l’énoncé mystérieux de Max Weber, dans l’Ethique protestante, qui disait que « le cosmos de l’ordre économique moderne » va sans doute déterminer « le style de vie de tous les individus naissant au sein de cette machinerie » , et cela « jusqu’à ce que le dernier quintal de carburant fossile soit consumé » (EPC, p. 251). Lire la suite

Après la modernité, la nature. L’anthropologie des modernes de Latour et Descola.

Ce texte est issu d’une séance du séminaire « Les sciences sociales et la modernité », organisé à l’EHESS en 2013-2014.

Je vais dans ce texte m’intéresser à deux classiques contemporains, deux œuvres qui se sont construites en écho l’une à l’autre : Descola et Latour. C’est un hasard de la programmation du séminaire, mais on aborde ainsi le problème de la modernité par sa problématisation la plus actuelle.

Pour lire ces auteurs, je vais suivre le fil conducteur de la nature. Tous deux en effet ont construit l’essentiel de leur réflexion sur une déconstruction de l’opposition classique entre nature et culture, ou nature et société – et bien que des différences importantes les séparent à ce sujet, c’est leur terrain commun. La sociologie des sciences de Latour et l’anthropologie de la nature de Descola partagent en effet une conception de la société où la prise exercée collectivement sur le monde naturel est déterminante. Lire la suite

L’énergie des modernes : quelques propriétés politiques de l’économie du carbone.

Ce texte est issu d’une conférence donnée le 9 octobre 2014 à l’ENS de Paris, dans le cadre des « Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences », à l’invitation de Mathias Girel.

On considère rarement l’énergie comme une question centrale pour la philosophie. Et cela est encore moins le cas pour ce qui concerne la philosophie politique, quand la philosophie (et l’histoire) des sciences concède qu’il s’agit là d’un concept clé de la physique. A cet égard, il est possible d’écrire une histoire de l’énergie en physique, qui suivrait la trajectoire tout à fait classique de l’émergence, de l’apogée, et du déclin (la force vive de Leibniz, la thermodynamique, et la physique relativiste). Je reviendrai rapidement sur certains éléments de cette histoire, mais seulement pour mettre en relief la signification historique des énergies, prises dans leur acception non pas strictement physique, mais plutôt sociale et politique. Lire la suite

L’écologie comme théorie sociale : L’idée d’une solidarité socio-environnementale et ses conséquences théoriques

Il s’agit de la version originale d’un article publié en italien : « L’ecologia come teoria sociale : L’idea di una solidarietà socio-ambientale e le sue conseguenze teoriche », Iride, vol. 26, n°69, 2013, pp. 357-373.

L’enjeu environnemental a fait l’objet d’élaborations théoriques nombreuses et diverses. On a ainsi pu voir dans l’écologie un appel à la refondation de notre système moral (Jonas 1991, Callicott 1989), de nos cadres institutionnels (Bourg et Whiteside 2010), ou encore du système économique (Foster 2002, Jackson 2010, dans des traditions différentes). Quelle que soit l’approche privilégiée, l’intuition d’une mutation profonde des structures sociales héritées de la modernité est largement partagée, sans toutefois qu’elle ne soit explicitement formulée. De ce point de vue, on peut dire que l’on est encore en attente d’une caractérisation lucide et précise de ce qu’est la crise environnementale et des transitions sociales qu’elle implique, et cela quoique l’on pressente souvent qu’avec l’écologie, il n’en va pas seulement de l’état de la nature, mais plus largement de l’organisation des hommes face à elle. Lire la suite

Sortir du cercle épistémique moderne : l’engagement ontologique de l’anthropologie critique

Ce texte est la version française originale d’un chapitre publié en anglais dans un ouvrage collectif que j’ai co-dirigé sur le tournant ontologique en anthropologie.

Référence originale : « Breaking the modern epistemic circle: The ontological engagement of critical anthropology », in Charbonnier, Salmon, Skafish, ed., Comparative Metaphysics. Ontology after Anthropology, Rowman & Littlefield, 2017.

Le programme de recherches que l’on rassemble sous l’appellation de « tournant ontologique », ou « métaphysique », fait apparaître une série de problèmes de nature épistémologique et politique. Ces problèmes concernent notamment le rapport entre le niveau proprement ontologique d’appréhension de phénomènes que l’on caractérise classiquement comme sociaux, ou culturels, et la vocation critique des sciences sociales, et de l’anthropologie en particulier. Nous voudrions montrer que si le recours à ce registre d’explication a du sens, c’est d’abord parce qu’il relance et radicalise cette portée intrinsèquement critique de la raison anthropologique, en lui donnant une nouvelle assise. Ce faisant, il engage un nouveau rapport entre la philosophie et l’anthropologie – et les sciences sociales en général – qu’il faut tenter de caractériser. Lire la suite

De la Révolution Industrielle au Changement Climatique (Séminaire 2016, séance 1)

Il s’agit ici du texte préparé pour la première séance de la seconde année du séminaire « La nature en politique », qui a eu lieu en janvier 2016 à l’EHESS.

C’est un document destiné à l’enseignement, il peut donc y avoir des passages télégraphiques ou allusifs – utilisez les commentaires pour poser d’éventuelles questions !

Je vais reprendre les réflexions entamées l’an dernier, mais en essayant de ne pas présupposer qu’elles vous sont familières. Je vais donc fréquemment repasser par les mêmes chemins, réutiliser certains concepts et suivre certaines décision théoriques déjà faites, mais à chaque fois en les illustrant par des problèmes nouveaux, ou en les faisant apparaître d’un point de vue différent de l’an dernier. Lire la suite

Modernité, capitalisme et nature (Séminaire 2015, séance 2)

Il s’agit ici du texte préparé pour la seconde séance de la première année du séminaire « La nature en politique », qui a eu lieu en janvier 2015 à l’EHESS.

C’est un document destiné à l’enseignement, il peut donc y avoir des passages télégraphiques ou allusifs – utilisez les commentaires pour poser d’éventuelles questions !

Pour cette seconde séquence, je voudrais que l’on entre résolument dans le problème des rapports entre nature et modernité. Vous vous souvenez que c’est la question qui était ressortie de la discussion avec l’anthropologie, qui, en produisant un contraste fort avec les sociétés non modernes, traditionnelles, peu importe le terme, faisaient apparaître le statut d’exception de cette modernité. En même temps, ce contraste restait assez flou, tout simplement parce que la modernité n’apparaissait que négativement, comme le contraire de quelque chose d’autre, mieux connu par les anthropologues. Lire la suite

La nature comme fait social (séminaire 2015, séance 1)

Il s’agit ici du texte préparé pour la première séance de la première année du séminaire « La nature en politique », qui a eu lieu en janvier 2015 à l’EHESS.

C’est un document destiné à l’enseignement, il peut donc y avoir des passages télégraphiques ou allusifs – utilisez les commentaires pour poser d’éventuelles questions !

Un individu isolé ne peut pas plus être propriétaire
d’une terre qu’il ne saurait parler
Karl Marx

L’objectif de cette première séance est d’élaborer la problématique générale de ce séminaire, c’est-à-dire les questions principales qui vont animer les lectures à venir. Il s’agit d’un cycle consacré à ce que l’on pourrait appeler de façon générale la philosophie environnementale, ou la pensée écologique, voire écologiste. Mais comme j’ai voulu le faire apparaître de façon claire dans le programme des séances proposé, mon intervention dans ce domaine largement débattu se caractérise par un décalage. Ce décalage tient au fait que l’essentiel des textes que nous allons étudier et discuter n’appartient pas, ou pas directement, à la tradition écologique, à ce courant de pensée que (je pense) nous connaissons tous, et qui se donne pour objectif de penser les conditions d’une intégration juste et durable des hommes dans leur milieu. Ce sont plutôt des œuvres théoriques à vocation générale, qui donnent des éléments sociologiques, historiques, économiques, sur les formes et les significations des rapports collectifs à la nature. Parfois même, la question de la nature y est secondaire, et ce sera à nous d’aller chercher dans le texte le sens qu’elle y prend. Lire la suite