Thèse (Conclusion)

Le texte suivant est la conclusion de ma thèse, intitulée “Les rapports collectifs à l’environnement naturel. Perspectives philosophiques et anthropologiques”, et soutenue en 2012 à l’Université de Franche-Comté.

Je mets ce texte à disposition car il résumait les enjeux de ce travail différemment de ce qui a ensuite été publié dans mon livre La fin d’un grand partage (CNRS éd., 2015). Continuer la lecture

Après la modernité, la nature. L’anthropologie des modernes de Latour et Descola.

Ce texte est issu d’une séance du séminaire « Les sciences sociales et la modernité », organisé à l’EHESS en 2013-2014.

Je vais dans ce texte m’intéresser à deux classiques contemporains, deux œuvres qui se sont construites en écho l’une à l’autre : Descola et Latour. C’est un hasard de la programmation du séminaire, mais on aborde ainsi le problème de la modernité par sa problématisation la plus actuelle.

Pour lire ces auteurs, je vais suivre le fil conducteur de la nature. Tous deux en effet ont construit l’essentiel de leur réflexion sur une déconstruction de l’opposition classique entre nature et culture, ou nature et société – et bien que des différences importantes les séparent à ce sujet, c’est leur terrain commun. La sociologie des sciences de Latour et l’anthropologie de la nature de Descola partagent en effet une conception de la société où la prise exercée collectivement sur le monde naturel est déterminante. Continuer la lecture

Sortir du cercle épistémique moderne : l’engagement ontologique de l’anthropologie critique

Ce texte est la version française originale d’un chapitre publié en anglais dans un ouvrage collectif que j’ai co-dirigé sur le tournant ontologique en anthropologie.

Référence originale : “Breaking the modern epistemic circle: The ontological engagement of critical anthropology”, in Charbonnier, Salmon, Skafish, ed., Comparative Metaphysics. Ontology after Anthropology, Rowman & Littlefield, 2017.

Le programme de recherches que l’on rassemble sous l’appellation de « tournant ontologique », ou « métaphysique », fait apparaître une série de problèmes de nature épistémologique et politique. Ces problèmes concernent notamment le rapport entre le niveau proprement ontologique d’appréhension de phénomènes que l’on caractérise classiquement comme sociaux, ou culturels, et la vocation critique des sciences sociales, et de l’anthropologie en particulier. Nous voudrions montrer que si le recours à ce registre d’explication a du sens, c’est d’abord parce qu’il relance et radicalise cette portée intrinsèquement critique de la raison anthropologique, en lui donnant une nouvelle assise. Ce faisant, il engage un nouveau rapport entre la philosophie et l’anthropologie – et les sciences sociales en général – qu’il faut tenter de caractériser. Continuer la lecture