Pour une philosophie politique des inégalités écologiques. Lire L’Environnementalisme des pauvres aujourd’hui

Il s’agit d’un article sur la pensée de l’économiste Joan Martinez-Alier, et sur les implications politiques plus générales de l’économie écologique, qui sera publié en espagnol (dans une version légèrement abrégée) dans la revue “Conceptos historicos”.

L’idée selon laquelle des motifs écologiques, ou environnementaux, peuvent justifier une critique plus ou moins radicale des structures sociales et économiques associées au développement industriel capitaliste ainsi que des paradigmes sociologiques en vigueur est aujourd’hui sans doute la plus banale que l’on puisse imaginer. Pourtant, on est en droit de dire que la forme mature et conséquente de cette critique est encore à trouver, ne serait-ce qu’en considérant un instant son état actuel et ses difficultés à s’imposer. Cette situation tient d’abord à l’histoire très particulière du mouvement écologiste. Il n’était en effet encore qu’une curiosité marginale dans l’immédiat après-guerre, en Europe et plus encore dans le reste du monde, principalement parce qu’il n’était pas clairement situé sur l’échiquier politique alors établi, qui distribuait les positions selon un axe orienté par l’adhésion ou le refus du marché libre. Or ce même mouvement semble être devenu en un temps extrêmement bref, en quelques décennies, aussi ordinaire qu’inoffensif. La prise de conscience des risques et des dommages environnementaux a été incorporée à des dispositifs normatifs et légaux d’ampleur assez faible, en général mis en place pour protéger l’ordre marchand plutôt que pour en limiter l’expansion, et qui ont laissé hors de portée les grandes options énergétiques et industrielles. La critique écologique a parallèlement été emportée par l’érosion des mobilisations populaires, pour se formuler le plus souvent comme un ensemble de principes abstraits et universaux sur l’humanité et la nature, sans prise réelle sur les dynamiques historiques en cours. La politisation tardive et rapide des questions environnementales correspond donc à son affadissement dans une forme faible d’indignation morale, qui reste éloignée du projet pourtant légitime et urgent de refondation écologique de la modernité. Continuer la lecture

L’ubiquité des modernes. Souveraineté territoriale et écologie globale

Il s’agit de la captation vidéo d’une conférence donnée le 2 février 2017 au séminaire “Cosmopolitiques de la territorialité”, de Philippe Descola, au Collège de France.

Ce travail correspond à un tout nouveau chantier de recherches sur la dimension spatiale des politiques modernes de la nature.

https://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/seminar-2017-02-02-10h00.htm