L’énergie des modernes : quelques propriétés politiques de l’économie du carbone.

Ce texte est issu d’une conférence donnée le 9 octobre 2014 à l’ENS de Paris, dans le cadre des “Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences”, à l’invitation de Mathias Girel.

On considère rarement l’énergie comme une question centrale pour la philosophie. Et cela est encore moins le cas pour ce qui concerne la philosophie politique, quand la philosophie (et l’histoire) des sciences concède qu’il s’agit là d’un concept clé de la physique. A cet égard, il est possible d’écrire une histoire de l’énergie en physique, qui suivrait la trajectoire tout à fait classique de l’émergence, de l’apogée, et du déclin (la force vive de Leibniz, la thermodynamique, et la physique relativiste). Je reviendrai rapidement sur certains éléments de cette histoire, mais seulement pour mettre en relief la signification historique des énergies, prises dans leur acception non pas strictement physique, mais plutôt sociale et politique. Or de ce point de vue, je pense qu’un accord de plus en plus large se fait autour de l’idée selon laquelle l’approvisionnement énergétique fait problème. Il fait problème au sein des administrations publiques (qui se mettent sur la voie de la transition énergétique), pour les acteurs économiques (qui cherchent à consolider et étendre les marchés), mais aussi pour la société civile, comme on dit parfois, qui est traversée par l’inquiétude que provoquent les doutes sur l’abondance, la sûreté, et parfois la qualité environnementale des énergies consommées. Mais étrangement, ces préoccupations n’animent pas encore la philosophie : les ouvrages de théorie politique et morale n’en font pas un enjeu clé.

Le titre que j’ai donné pour cette session indique une voie possible pour construire le problème philosophique et politique de l’énergie. En parlant de technologie politique, ou même, comme je le ferai parfois de techno-politique, j’entends le fait que des éléments centraux de l’organisation sociale, des formes de vie, des rapports au monde, sont liés à la mise en place de dispositifs techniques qui visent à l’encadrement des forces matérielles. Parler de « techno-politique » ne signifie pourtant pas que l’on s’en remette à un déterminisme technique, mais plutôt que les choix techniques ont un sens politique, et que les rapports sociaux ne forment pas une sphère autonome par rapport à l’accès matériel que l’on se donne au monde. Cette façon de concevoir les problèmes politiques est apparue dans la seconde partie du XXe siècle comme une volonté de dépasser les deux principaux paradigmes théoriques alors disponibles pour la pensée: celui issu du libéralisme politique, qui se concentre sur la formation des procédures garantissant un gouvernement juste issu du peuple, et la construction du sujet rationnel qui établit cette légitimité ; et celui issu des critiques de l’économie politique, qui se concentre sur la division du travail, la formation des classes et des inégalités (philosophie politique et sciences sociales, en gros). L’écart introduit par l’approche techno-politique consiste à étudier la matérialité du pouvoir, l’ensemble des processus de plus petite ampleur qui étaient souvent négligés par les approches classiques. Cet écart n’est pas à proprement parler une critique, car on peut retomber facilement sur les thèses de la pensée critique ou libérale à partir de ces enquêtes, mais il a surtout pour effet de rendre visible des aspects du pouvoir qui étaient peu étudiés. Or la question du rapport à la nature est l’une de celles qui, à l’évidence, ont été manquées par les grands paradigmes classiques : les fondements de la légitimité démocratique ou la critique des inégalités ne reposent pas sur un constat à propos des rapports collectifs à l’environnement naturel (de la même manière qu’ils ont longtemps mis à l’écart des questions de genre, par exemple, ou plus simplement la science). Le plus souvent, on considère ainsi la question environnementale comme secondaire : elle relèverait des effets annexes du développement économique, et pourrait être traitée de façon purement technique, politiquement neutre. Autrement dit, la question de la nature passe mal dans les cadres classiques de la pensée politique (qui la relègue à de l’infrapolitique), et l’approche techno-politique a été une tentative de réajustement, une tentative pour rendre lisible politiquement la question de la nature – c’est-à-dire, pour préparer une philosophie politique de la nature. Et cela, tout simplement en attirant l’attention sur les institutions qui assurent le passage des faits de nature dans la vie sociale : la science et la technique, notamment. Or à l’évidence, l’énergie est un aspect essentiel des rapports collectifs à la nature, notamment dans les sociétés modernes.

Je pense donc que l’intérêt d’une réflexion sur l’énergie réside dans sa capacité à déplacer la question politique vers un terrain qui semble trivial, factuel, mais qui est en réalité essentiel, car il permet de mieux voir à quoi ont tenu les transformations sociales aboutissant à la situation actuelle, et finalement pour comprendre comment un enjeu longtemps considéré comme secondaire peut être pris au sérieux, et mis au centre de la pensée politique.

Croissance

Dans un premier temps, je pense qu’il est nécessaire de prendre le problème sous l’angle de l’histoire. Non pas seulement pour donner des indications chronologiques préalables à la réflexion, mais plus radicalement parce que le problème lui-même ne devient apparent que si on s’intéresse à des transformations – au passage d’une situation A à une situation B.

Si l’on décrit la trajectoire historique des sociétés humaines du point de vue de l’énergie, on peut rapidement être conduit à une vision linéaire et progressiste. D’après cette conception, les sociétés industrielles se caractérisent avant tout par la croissance extraordinaire de l’énergie mobilisée par la machine sociale au tournant du XIXe siècle, en Europe occidentale. L’anthropologue Leslie White, dans les années 1940, définissait le niveau de civilisation atteint par les différentes sociétés humaines par la quantité d’énergie consommée par habitant : il faisait ainsi apparaître la différence cruciale entre des systèmes économiques tributaires de la force organique de l’homme et de l’animal, parfois augmentée de sources d’appoint comme le bois de chauffage, l’eau et le vent des moulins, comme c’est le cas dans les sociétés médiévales, et les systèmes technologiques modernes. L’introduction du charbon, puis du pétrole, et des machines capables d’exploiter « la puissance du feu » constitue de ce point de vue une évolution qui affecte le rapport matériel entre l’homme et son milieu, un rapport de plus en plus défini par la maîtrise scientifique et technique des forces de la nature – conformément au vieux rêve de Bacon et Descartes. L’histoire matérielle des sociétés humaines a ainsi souvent pris la forme d’un récit téléologique où la nature n’intervient que comme un faire valoir de l’inventivité humaine, ou plutôt occidentale, qui serait parvenue à se délivrer des limites intrinsèques de son organisme. Cette téléologie est celle du progrès, ou de la croissance.

Une première critique de ces conceptions a mis en lumière le fait que l’élargissement des bases matérielles des sociétés industrielles, loin de réaliser un idéal rationnel, provoque en réalité une rupture entre le monde social et l’environnement. Avant même que le problème ne devienne éclatant avec la question climatique, de nombreux auteurs avaient établi que l’emploi massif de charbon introduisait un déséquilibre dans la régulation normale des rapports entre les vivants que nous sommes et leur milieu. En effet, en relâchant dans l’atmosphère les produits de combustion de matériaux accumulés dans le sous sol des centaines de millions d’années auparavant, nous amassons du même coup d’énormes quantités de matériaux qui ne sont pas intégrés aux échanges chimiques ordinaires (analogie : comme si on brulait des millions de km2 de forêt d’un coup, rendant impossible l’intégration du co2 et des cendres dans l’atmosphère et dans le sol). Alors que l’économie préindustrielle était contenue dans des bornes « naturelles », celles du rendement des sols cultivés et de la force organique (des hommes et des animaux domestiqués), la nouvelle économie fondée sur les énergies fossiles introduit un déséquilibre. Dès le milieu du 19e siècle, les chimistes et certains philosophes, comme Marx, prennent conscience de ce phénomène, qui correspond à ce que l’on appelle aujourd’hui la dette écologique : le fait que l’énergie empruntée à un système et non rendue a (ou aura) des effets néfastes. Certains commentateurs ont appelé « rupture métabolique » cette conséquence fondamentale de la révolution énergétique du 19e siècle : entre le rythme de croisière de l’économie et celui des régulations biologiques et chimiques de l’écosystème, il y a désormais un écart important, qui se traduit par les modifications de la structure de l’atmosphère, des sols, des eaux, mais aussi de la santé publique.

Lorsque Engels parcourt l’Angleterre industrielle du milieu du 19e siècle (La situation de la classe laborieuse en Angleterre, 1845), l’une des choses qui le frappe le plus est la dégradation des conditions de vie de la classe ouvrière : en plus d’être soumise à des formes de travail très difficiles, elle est la première catégorie de population directement exposée aux conséquences environnementales de la grande industrie – ce qui noue déjà un rapport entre la misère économique et la misère écologique.

Marchandise

Ces remarques quasi ethnographiques de Engels sont une invitation à s’intéresser de plus près à ce que la révolution énergétique signifie, non pas du seul point de vue quantitatif de l’accroissement de l’énergie mobilisée par le système technique et économique, mais aussi et surtout, du point de vue des formes de vie et d’organisation sociale qui accompagnent cet accroissement.

En 1865, l’économiste Stanley Jevons consacre un ouvrage à la question du charbon, où il exprime parfaitement la situation de dépendance des sociétés modernes à l’égard de l’énergie : « La civilisation, c’est l’économie de l’énergie, et notre énergie, c’est le charbon. C’est l’économie de l’usage du charbon qui a fait de notre industrie ce qu’elle est ; et plus nous la rendrons efficace et économique, plus notre industrie prospérera, et plus notre civilisation croîtra. », The Coal Question, p. 122-125. (Macmillan, 1865)

Pour comprendre ces propos, il faut se souvenir que jusqu’à la fin du 18e siècle, c’est l’agriculture qui constitue la base de la richesse, et donc le blé qui était la marchandise de référence. Comme l’avaient établi les Physiocrates (voir le tableau économique de Quesnay), la production et le négoce du grain était au cœur de l’économie préindustrielle : la terre représentait ainsi la force productive majeure, et c’est la valeur marchande du grain qui irriguait l’ensemble des circuits économiques, et à laquelle toute valeur économique se ramenait. L’extrait que j’ai cité de Jevons constitue la prise de conscience que cet état de l’économie est révolu dès le milieu du 19e, du moins en Angleterre. En effet, alors que ce sont les produits de l’industrie qui forment l’essentiel de la richesse nationale, la valeur économique dans son ensemble dérive de l’apport énergétique : sans charbon, pas d’industrie, pas de richesse. Cette configuration est toujours existante : au lieu que la livre sterling fasse office de monnaie d’échanges internationale, car c’est la devise dans la quelle s’achète et se vend le charbon, c’est aujourd’hui le dollar qui joue ce rôle, car c’est la monnaie du pétrole.

Au delà de la question monétaire, sur laquelle je ne vais pas m’étendre, il faut remarquer que l’énergie change de statut ontologique, pourrait-on dire, avec la RI. Je l’ai dit, l’énergie auparavant mobilisée par les sociétés est incorporée dans les organismes humains et animaux, avec un complément d’énergie mécanique (vent, eau). On achète et vend du bois de chauffage, mais dans des proportions mineures par rapport à l’input calorique global. Avec le charbon, on tient une énergie qui est aussi une marchandise, c’est-à-dire une chose identifiable, séparable des autres, qui se stocke, et qui s’échange pour un prix fixé sur le marché. Alors qu’elle était auparavant le ressort implicite des activités, indistinct des personnes et des outils, elle devient une entité visible, manipulable comme telle. Autrement dit, la société se dote, à partir du 19e siècle, du moyen de réguler les apports énergétiques sur un mode spécifique, qui est l’économie, à partir d’une forme de travail nouvelle, qui est l’extraction minière. J’y reviendrai, mais ces deux caractéristiques (un marché, une sphère professionnelle) ont un rôle central dans la formation de la modernité politique.

Il faut remarquer que ce changement de statut de l’énergie, dans le monde économique et social, s’accompagne d’une transformation importante dans les conceptions scientifiques de l’énergie. Ce vieux terme grec, qui exprime la force des choses en mouvement, est utilisé dans la physique mécaniste pour parler de la « force vive » (Leibniz, vis viva), c’est-à-dire du caractère substantiel attribué au principe d’animation des corps physiques. Dans les années 1840, Joule, Helmholz, Carnot et d’autres (voir T. Kuhn, « Energy conservation as an example of simultaneous discovery », Critical problems in the history of sience) mettent en place les outils qui permettent de fonder une science quantifiée, mathématisée, de la conservation de l’énergie dans un système. C’est ce qui va ensuite se structurer en thermodynamique : la branche de la physique qui permet de concevoir la chaleur, le mouvement et l’électricité comme diverses manifestations mesurables de l’énergie. Autrement dit, au moment même où l’énergie devient visible et manipulable économiquement, elle subit une transformation analogue dans le champ scientifique. Et cela n’est pas un hasard : beaucoup de physiciens impliqués dans la fondation de la thermodynamique (et surtout Carnot, qui en établit les lois, conservation, entropie) sont aussi des ingénieurs, c’est-à-dire, ils ont pour préoccupation l’efficacité des systèmes techniques. On en revient à ce que disait Jevons : l’essentiel n’est pas de brûler le charbon, c’est de le faire efficacement, de maximiser l’utilité de la puissance motrice du feu, qui sans cela se dissipe sous forme d’entropie, c’est-à-dire de la convertir en travail efficace.

Propriété

Cette question de l’efficacité, telle que la pose Jevons, et telle que la thermodynamique la formalise, ne recouvre pourtant pas tous les aspects de la grande transition énergétique et sociale du charbon. En l’occurrence, le fait que l’énergie soit devenue une marchandise n’affecte pas seulement les représentations qui s’y attachent, cela affecte, comme je l’avais suggéré, la façon dont elle intervient dans le monde social.

Pour comprendre cela, il faut revenir un peu en arrière, et s’intéresser à des évolutions juridiques qui ont été fondamentales dans la phase de préparation de la RI (ellipse, mais vous verrez le rapport à la fin !). Dans l’Angleterre du 17e siècle, et un peu plus tard partout en Europe occidentale, des lois ont été votées, qui limitaient l’usage collectif des terrains communaux (pâtures, forêts, etc., non appropriés). Pour les propriétaires fonciers, cet usage collectif non soumis à la règle de l’exclusivité et de la rentabilité a progressivement été conçu comme une perte de revenu. Alors que le droit coutumier (non inscrit, traditionnel) liait ces terres aux formes de subsistance locales (petit bois, glanage, pâture, etc.), on est passés à un modèle où le droit positif attribue toutes les terres à un propriétaire en charge de tirer une valeur économique de la terre. Ce qui a provoqué cette transformation, c’est le fait que la production anglaise de tissages, notamment de laine, trouvait des débouchés importants dans le reste de l’Europe, et donc, que les propriétaires pouvaient tirer un revenu pécunier de terres jusque là sous exploitées. Les enclosures (nom de ce mouvement juridique) a donné lieu à des luttes sociales majeures, car pour les populations locales, cela revenait (1) à leur retirer un revenu d’appoint important, et (2) à soumettre l’intégralité de leur activité à la forme salariée : un propriétaire terrien engage des ouvrier agricoles pour maximiser le rendement de la terre, et vendre un produit qui ne s’intègre pas directement aux besoins locaux.

Ce nouveau modèle de production, commercial, et fondé sur la séparation entre propriété et travail, et une façon de maximiser l’énergie contenue dans la terre, et de la convertir en valeur économique. Mais paradoxalement, il ne permet plus de nourrir la même population, puisque c’est toute la petite paysannerie qui se trouve privée de ses moyens de subsistance, et qui doit aller chercher du travail ailleurs, typiquement en ville. On comprend alors que la division du travail est affectée par ces opérations juridiques, qui ont permis l’émergence de l’agriculture commerciale de masse : dès lors que la nature fait l’objet de titres de propriété, et est traitée comme une ressource à exploiter, sa régulation n’obéit plus à une logique de la subsistance, mais à une logique du profit. Or ce sont ces mécanismes qui ont été appliqués, à une échelle encore supérieure, dans la grande industrie : vous reconnaissez ici les thèmes centraux de la pensée de Marx, la séparation entre travail et propriété, le salariat, etc. (rq : txt de Marx sur le vol de bois, 1842, prend acte de cela avant même son travail sur l’industrie)

Mais pour ce qui nous concerne, l’essentiel est ici de remarquer que la révolution énergétique du 19e siècle s’est en réalité greffée sur des mécanismes de régulation de l’économie par le marché qui lui préexistaient. Autrement dit : le grand récit du progrès par l’accroissement des bases matérielles de la société ne fonctionne plus. La mise en place du libéralisme économique, qui est passé à la fois par l’approfondissement de la culture intellectuelle moderne (l’individu échangiste de Smith), et par des opérations juridiques comme les enclosures, qui ont fait changer de fonction la classe propriétaire (aristocratie), précède l’explosion énergétique, et s’est faite dans l’ignorance du futur (évidemment). Au 18e siècle, l’économie se développe sans croitre (au sens actuel) : l’économie reposant sur le grain, les crises de pénurie sont fréquentes, et la bonne économie est celle qui garantit la subsistance de tous, par une meilleure DT, et de meilleurs circuits commerciaux. Symbole de cela : Malthus, et l’alerte morale de la surpopulation (les richesses sont en retard sur la population). Un siècle plus tard, la transition énergétique a bouleversé le paysage économique, moral et politique : alors que les mécanismes politiques assurant la stimulation de la production ont été mis en place pour et dans une société homéostatique, ils continuent à fonctionner dans une société dopée au charbon. Autrement dit : alors que les politiques modernes ont été conçues pour réguler une société qui devait gérer le manque, elles ont été amenées à fonctionner pour des sociétés d’abondance matérielle, voire de surabondance (E. A. Wrigley, Poverty, Progress and Population, 2004, p. 73). Le rapport entre capitalisme et dégradation écologique est donc établi, mais il prend la forme d’une contingence historique assez profonde, où il est difficile d’attribuer des responsabilités, de localiser des coupables. Je reviendrai sur ces éléments.

Un dernier élément doit être apporté à cette réflexion sur le désajustement entre nature et société à l’ère de la marchandise. Dans un ouvrage classique d’histoire économique, La grande transformation (1945), Karl Polanyi introduit la notion de « marchandise fictive ». cette expression désigne pour lui trois entités qui sont devenues des marchandises (c’est-à-dire : régulées par le marché) au 19e siècle, mais qui sont en réalité, en elles-mêmes, plus et autre chose que de la marchandise. Monnaie (intérêt), travail (salaire), et terre (rente) : trois choses qui sont en fait des conditions de la vie économique, des substrats, qui ont des propriétés spécifiques par rapport aux marchandises simples (textile, grain, etc.), parce qu’elles préexistent à la formation des marchés (c’est en ce sens que leur statut de M est fictif : comme si). Polanyi montre que le 19e a vu la mise en place d’un marché du travail, qui régule l’emploi comme un bien marchand, un marché des monnaie, saisi par la spéculation financière, et d’un marché de la terre (ce que j’ai expliqué avec les enclosures). En ce qui nous concerne, il est crucial de comprendre que le charbon (= des forêts souterraines, pour reprendre l’expression de Sieferle, The Subterranean Forest, 2001) a immédiatement été pris en charge par les circuits marchands, alors qu’il s’agit d’une entité naturelle, une entité dont la manipulation a des effets physiques et chimiques sur le milieu. Saisi par l’économie de marché, le charbon est passé dans des structures juridiques et politiques destinées à construire une société d’abondance, tout en restant une matière écologiquement sensible. Pour le dire plus simplement, dans des termes qui ne sont pas ceux de Polanyi, il y a une tension entre la vie du charbon comme réalité naturelle, et la vie du charbon comme marchandise – une tension qui est longtemps restée invisible (parce qu’il a été considéré comme une marchandise ordinaire), mais qui se fait sentir beaucoup plus tard, sous la forme du changement climatique. Pour Polanyi, la caractéristique centrale des sociétés de marché est qu’elles doivent se doter d’instruments de protection contre les effets dévastateurs de la marchandisation du travail (assurance sociales en tous genre), de la monnaie (banques centrales, accords internationaux type étalon-or), et de la terre (Polanyi ne voit pas d’exemple à son époque, aujourd’hui ce serait le ministère de l’env., la conférence climat…). Il voit deux forces se compenser, celle de la puissance publique, l’Etat, et celle du marché. Ce qu’il ne voyait pas, c’est que l’énergie est elle aussi une marchandise fictive (ou plutôt : catégorie plus large que « terre », c’est-à-dire, « nature »), au même titre que la terre, et qu’elle appelle elle aussi des mesures de protection.

Polarités

Je reviendrai sur ces questions, mais il faut aborder un dernier aspect historique et sociologique de la RE. J’ai évoqué rapidement que la transformation des cadres juridiques du travail en Angleterre, et le fait qu’ils sont en partie responsables d’une évolution démographique majeure : l’urbanisation de la population. De la même manière que l’énergie carbone est plus concentrée, moins diffuse, que les énergies incorporées, la population qui travaille avec elle se concentre autour de pôles de production plus resserrés.

Plus généralement, en réalité, la RE a accompagné une redistribution majeure des polarités sociales et politiques, y compris à l’échelle globale (pas seulement ville/campagne). Là encore, il faut donner quelques éléments historiques. Dans un ouvrage important (Une Grande Divergence) l’historien Kenneth Pomeranz a cherché à comprendre pourquoi le décollage économique qui a donné un avantage crucial au monde occidental s’est produit là où il s’est produit (Angleterre, puis reste de l’Europe), et pas ailleurs. Pour cela, il mène une comparaison avec la Chine. Selon lui, l’Angleterre et la Chine sont à un niveau de développement similaire jusqu’à la fin du 18e siècle : des deux côtés, on trouve des structures étatiques matures, des circuits commerciaux bien établis, une masse démographique importante, et des ressources à la fois naturelles et technologiques équivalentes. Il y a deux facteurs qui expliquent la divergence – celle qui donne son titre à l’ouvrage : d’une part, le charbon (proche des pôles urbains, accessible à peu de frais, contrairement à la Chine), et d’autre part une périphérie coloniale exploitable. Pomeranz parvient à quantifier l’apport économique complémentaire qu’ont représenté les colonies pour l’Angleterre, à une époque où une partie de plus en plus importante de sa population se tournait vers les activités industrielles. Le coton, le bois, et le sucre, notamment, ont pu être produits et distribués avec succès, et ce sont ces richesses qui, avec la production industrielle locale, expliquent l’écart avec les autres nations. Or ces richesses coloniales, et c’est là que notre problème réapparait, ont été produites grâce à une énergie abondante et quasiment gratuite : les esclaves, ainsi que le rendement des terres accaparées en Amérique, en Asie, etc. Il ne s’agit pas là d’une énergie au sens que j’ai défini, elle est incorporée. Mais elle n’en est pas moins une marchandise (et là, son caractère de marchandise fictive apparaît très clairement), acquise à bas prix, celui de la survie, plus des opérations militaires. L’opération de Pomeranz consiste à symétriser l’histoire de la RI, c’est-à-dire à la regarder du point de vue de ceux qui en ont été exclus, ou qui en ont été les acteurs invisibles : il ne voit plus dans cette révolution un mouvement produit à partir de l’Europe et pour l’Europe, mais un mouvement qui n’existe qu’à partir d’une certaine configuration entre un pôle (celui qui concentre les richesses et le pouvoir) et une périphérie (les espaces dont les richesses sont absorbées par le pôle).

D’un point de vue philosophique, le travail de Pomeranz est crucial (même si critiquable sur de nombreux points). Il nous permet de comprendre que les politiques modernes fonctionnent à deux niveaux, qui ne communiquent quasiment pas – et cette imperméabilité est en réalité une condition de leur succès. D’un côté, on a l’émergence de l’Etat comme entité politique et géographique unifiée, c’est-à-dire un espace administré par une puissance souveraine, et peuplé d’individus qui se rassemblent volontairement sous cette autorité, via l’appartenance nationale. Dans les limites de ce territoire, des disparités existent, mais elles sont compensées par la vague démocratique, qui permet à tous de se reconnaître dans une entité d’ordre supérieur. Ce mouvement fait l’objet de la philosophie politique standard. Maintenant, il y a le second niveau, que seule l’histoire symétrique de la nature permet de voir. Et à ce second niveau, ce qui ressort est le fait que la puissance souveraine exerce son pouvoir sur des espaces qui ne sont pas intégrés à la dynamique de construction politique explicite (les colonies), mais sans lesquels celle-ci ne peut pas non plus se poursuivre : des espaces où le droit du travail est différent, où les travailleurs ne sont pas citoyens, mais des espaces dont les richesses permettent de nourrir l’idéal domestique d’abondance et de progrès.

Les historiens ont pris l’habitude de nommer ghost acres (hectares fantômes) les surfaces agricoles coloniales qui ont joué ce rôle de différentiel dans la construction de l’économie moderne (cela désigne aussi l’équivalent spatial de l’énergie souterraine). Or le caractère fantomatique de ces espaces ne tient pas seulement au fait qu’il s’agit de terres administrées loin du pouvoir central, de la métropole, et donc invisibles, comme des fantômes. Ces hectares fantômes on un sens politique, qui est justement le décalage entre les techniques politiques de valorisation de la nature et le langage dans lequel se sont construits les Etats-nations modernes : ici, prendre le point de vue de la nature revient à prendre le point de vue de « l’autre », de la figure de l’homme projeté dans les marges de la dynamique de modernisation. L’idée centrale, ici, est donc de faire apparaître les jeux de polarisation et d’asymétries qui accompagnent les sociétés modernes, en ce qu’elles sont fondées sur l’énergie. La concentration des richesses dans des pôles de développement apparaît ainsi comme un mouvement d’attraction qui satellise des marges politiques. Ces dernières ont une existence ambiguë : elle sont nécessaires à la construction des pôles, tout en étant exclues de ce qui donne à ces pôles leur consistance interne, notamment politique.

Vulnérabilité

Il y a un dernier aspect de la RE que je voudrais évoquer, qui va me permettre de dégager des éléments plus proprement philosophiques. L’une des questions qui animent aujourd’hui les spécialistes des rapports entre nature et société est la façon dont les modes d’appropriation de la nature ont contribué à construire les formes politiques modernes, celles que l’on connaît aujourd’hui encore. J’ai déjà évoqué ces enjeux à travers les réflexions de Polanyi, et via le problème des asymétries entre l’Europe et ses colonies. Une dernière façon d’envisager cette question a été introduite par l’historien Timothy Mitchell dans un ouvrage important, Carbon Democracy (2011). Plutôt que de s’intéresser à la façon dont les structures générales de l’Etat ou du marché tirent profit des évolutions techniques et scientifiques pour se développer, Mitchell analyse par en bas les rapports entre les sphères professionnelles impliquées dans la RE et les matériaux qu’elles manipulent. Il part lui aussi de l’idée exprimée par Jevons selon laquelle l’approvisionnement énergétique est un enjeu stratégique pour l’économie, mais il fait remarquer que cet approvisionnement est nécessairement confié à une catégorie de population qui elle aussi devient stratégique : les ouvriers des mines, et tous les travailleurs qui interviennent dans l’acheminement du charbon jusqu’aux centres de production. A une époque où le chômage est faible (et donc où on ne peut pas les substituer facilement), ces travailleurs ont la capacité cruciale de neutraliser la chaine énergétique :

L’essor de l’industrie livra des populations entières à des formes extraordinaires d’insécurité sociale, de danger physique, d’épuisement et de misère. Mais la concentration et la mouvement du charbon nécessaire au fonctionnement de ces processus industriels avaient créé une vulnérabilité. Les travailleurs se trouvèrent peu à peu reliés les uns aux autres non par les liens plutôt lâches d’une culture de classe, d’une idéologie collective ou d’une organisation politique, mais par les quantités et la concentration croissante de l’énergie du charbon qu’ils extrayaient des mines, qu’ils transportaient, qu’ils stockaient et qu’ils exploitaient. L’action coordonnée en vue d’interrompre, de ralentir ou de détourner ce mouvement permit de créer, à partir des mines de charbon, des chemins de fer, des centrales électriques et de leurs opérateurs, un dispositif politique appelé à jouer un rôle décisif et une nouvelle forme de pouvoir collectif. Au-delà d’un simple mouvement social, cette capacité d’action sociotechnique fut mise au service d’une série de revendications démocratiques, dont la réalisation progressive diminua radicalement la précarité de la vie dans les sociétés industrielles. CD, 37-38.

Pour Mitchell, la capacité qu’ont eue les classes ouvrières à négocier leurs conditions de travail tout au long de l’ère du charbon (jusqu’à la seconde guerre mondiale) tient à un phénomène assez mineur en apparence – c’est-à-dire, la vulnérabilité du système technique à l’égard de ceux qui l’alimentent. Il faut remarquer que cela est directement lié au fait que l’énergie des modernes n’est plus l’énergie incorporée des économies anciennes : c’est seulement dans la mesure où elle devient une chose localisée et manipulable, une marchandise, qu’elle offre prise au sabotage. Dans une économie traditionnelle, on ne peut pas concevoir un arrêt volontaire des processus biologiques équivalents… Mitchell prend donc en quelque sorte à rebours le discours classique du socialisme, et de l’écologisme : d’une part, les mouvements sociaux ne sont pas fondamentalement liés à la formation d’une conscience de classe (d’un constat sur le caractère systématique de la domination), mais plus simplement à un bras de fer tout à fait matériel ; d’autre part, l’ère du charbon, même si elle correspond à l’inauguration d’un cycle de déprédations environnementales inachevé à ce jour, a permis l’émergence d’un contre pouvoir qui a défini les contours de la démocratie sociale.

Ces conclusions sont certainement à nuancer (il y a d’autres leviers de la démocratisation). Mais l’essentiel est que Mitchell nous met sur une piste théorique complémentaire à celle de Polanyi : comme ce dernier, il considère que la société se défend spontanément contre les bouleversements induits par l’industrialisation, mais contrairement à lui, il considère que l’organe de cette auto-protection n’est pas l’Etat, mais un ensemble de figures plus mineures, comme les ouvriers, et leur rassemblement en syndicats. En posant la question sous cette forme, il nous invite à interroger le rapport qui se noue, à chaque époque, entre l’approvisionnement énergétique et la division du travail. C’est-à-dire : qui est mobilisé par ces tâches, où, et quelles sont leurs prises sur le système technopolitique en question ? Mitchell a lui-même prolongé ces interrogations pour ce qui concerne l’ère du pétrole, qui s’est mise en place après la seconde guerre mondiale sous l’impulsion de Etats-Unis (résumer : liquide, moins d’ouvriers, plus d’ingénieurs, donc frein à la démocratisation du M-O). On pourrait le faire à une échelle plus restreinte, et plus proche de nous, en se demandant quelle sont les propriétés politiques du programme nucléaire français : est-il vulnérable aux mouvements sociaux comme l’était le charbon, ou non ?

Je disais en introduction que les rapports collectifs à la nature passent mal dans les cadres de la pensée politique classique, et qu’il s’agit de développer un nouveau questionnaire et un nouveau répertoire de catégories, susceptibles de rendre compte de ces relations. Naturellement, je suis loin d’être en mesure de définir ce répertoire, mais on peut en donner quelques aspects. En revenant sur la dimension matérielle de l’usage du charbon, et la démarcation que celle-ci introduit par rapport aux sociétés anciennes, je pense que l’on pointe la question de la croissance, c’est-à-dire d’une forme tout à fait nouvelle de temporalité sociale, un mode d’être historique qui a marqué toute la pensée du 19e, sans que l’on ne l’associe toujours à la RE. C’est ensuite le statut de marchandise de l’énergie qui est ressorti comme une propriété économique et ontologique décisive : au delà du schème objectivation-domination souvent retenu par les philosophes pour qualifier la technique moderne, le gouvernement des richesses par le marché est une innovation centrale des sociétés industrielles. C’est ensuite l’institution de la propriété qui configure les rapports collectifs à la nature, et notamment les transformations profondes de la division du travail. La propriété pose à rebours la question du rôle des biens communs dans la critique de la société de marché. La dimension spatiale de la RE a aussi retenu l’attention, dans la mesure où elle fait ressortir des asymétries et des effets de polarisation directement impliqués dans la formation des entités étatiques-nationales modernes. Enfin, le lien intime entre démocratie et énergie ressort d’une analyse de la vulnérabilité sociale propre à chaque système technopolitique, à chaque forme d’encadrement des énergies.

A mon sens, ce sont là quelques éléments d’une philosophie politique de la nature à développer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.