Pour une philosophie politique des inégalités écologiques. Lire L’Environnementalisme des pauvres aujourd’hui

Il s’agit d’un article sur la pensée de l’économiste Joan Martinez-Alier, et sur les implications politiques plus générales de l’économie écologique, qui sera publié en espagnol (dans une version légèrement abrégée) dans la revue “Conceptos historicos”.

L’idée selon laquelle des motifs écologiques, ou environnementaux, peuvent justifier une critique plus ou moins radicale des structures sociales et économiques associées au développement industriel capitaliste ainsi que des paradigmes sociologiques en vigueur est aujourd’hui sans doute la plus banale que l’on puisse imaginer. Pourtant, on est en droit de dire que la forme mature et conséquente de cette critique est encore à trouver, ne serait-ce qu’en considérant un instant son état actuel et ses difficultés à s’imposer. Cette situation tient d’abord à l’histoire très particulière du mouvement écologiste. Il n’était en effet encore qu’une curiosité marginale dans l’immédiat après-guerre, en Europe et plus encore dans le reste du monde, principalement parce qu’il n’était pas clairement situé sur l’échiquier politique alors établi, qui distribuait les positions selon un axe orienté par l’adhésion ou le refus du marché libre. Or ce même mouvement semble être devenu en un temps extrêmement bref, en quelques décennies, aussi ordinaire qu’inoffensif. La prise de conscience des risques et des dommages environnementaux a été incorporée à des dispositifs normatifs et légaux d’ampleur assez faible, en général mis en place pour protéger l’ordre marchand plutôt que pour en limiter l’expansion, et qui ont laissé hors de portée les grandes options énergétiques et industrielles. La critique écologique a parallèlement été emportée par l’érosion des mobilisations populaires, pour se formuler le plus souvent comme un ensemble de principes abstraits et universaux sur l’humanité et la nature, sans prise réelle sur les dynamiques historiques en cours. La politisation tardive et rapide des questions environnementales correspond donc à son affadissement dans une forme faible d’indignation morale, qui reste éloignée du projet pourtant légitime et urgent de refondation écologique de la modernité. Continuer la lecture

Constructivisme et urgence environnementale

Ce texte est une tribune parue sur La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Constructivisme-et-urgence-environnementale.html
Il revient de manière
légèrement polémique sur les critiques énoncées dans le domaine des études environnementales contre l’approche dite constructiviste des rapports à la nature.

Il en va peut-être des théories sociales comme des modes vestimentaires : après avoir séduit une partie significative du public, après avoir été acceptées comme des habitudes ordinaires, elles finissent par lasser, et bien vite leurs défauts vont sauter aux yeux de tous, avant qu’elles ne soient abandonnées. Or c’est en quelque sorte ce qui est en train d’arriver au ci-devant constructivisme. Continuer la lecture

L’écologie comme théorie sociale : L’idée d’une solidarité socio-environnementale et ses conséquences théoriques

Il s’agit de la version originale d’un article publié en italien : “L’ecologia come teoria sociale : L’idea di una solidarietà socio-ambientale e le sue conseguenze teoriche”, Iride, vol. 26, n°69, 2013, pp. 357-373.

L’enjeu environnemental a fait l’objet d’élaborations théoriques nombreuses et diverses. On a ainsi pu voir dans l’écologie un appel à la refondation de notre système moral (Jonas 1991, Callicott 1989), de nos cadres institutionnels (Bourg et Whiteside 2010), ou encore du système économique (Foster 2002, Jackson 2010, dans des traditions différentes). Quelle que soit l’approche privilégiée, l’intuition d’une mutation profonde des structures sociales héritées de la modernité est largement partagée, sans toutefois qu’elle ne soit explicitement formulée. De ce point de vue, on peut dire que l’on est encore en attente d’une caractérisation lucide et précise de ce qu’est la crise environnementale et des transitions sociales qu’elle implique, et cela quoique l’on pressente souvent qu’avec l’écologie, il n’en va pas seulement de l’état de la nature, mais plus largement de l’organisation des hommes face à elle. Continuer la lecture

Sortir du cercle épistémique moderne : l’engagement ontologique de l’anthropologie critique

Ce texte est la version française originale d’un chapitre publié en anglais dans un ouvrage collectif que j’ai co-dirigé sur le tournant ontologique en anthropologie.

Référence originale : “Breaking the modern epistemic circle: The ontological engagement of critical anthropology”, in Charbonnier, Salmon, Skafish, ed., Comparative Metaphysics. Ontology after Anthropology, Rowman & Littlefield, 2017.

Le programme de recherches que l’on rassemble sous l’appellation de « tournant ontologique », ou « métaphysique », fait apparaître une série de problèmes de nature épistémologique et politique. Ces problèmes concernent notamment le rapport entre le niveau proprement ontologique d’appréhension de phénomènes que l’on caractérise classiquement comme sociaux, ou culturels, et la vocation critique des sciences sociales, et de l’anthropologie en particulier. Nous voudrions montrer que si le recours à ce registre d’explication a du sens, c’est d’abord parce qu’il relance et radicalise cette portée intrinsèquement critique de la raison anthropologique, en lui donnant une nouvelle assise. Ce faisant, il engage un nouveau rapport entre la philosophie et l’anthropologie – et les sciences sociales en général – qu’il faut tenter de caractériser. Continuer la lecture