Une histoire politique de l’abondance. Lecture de Carbon Democracy, Timothy Mitchell, 2011

Ce texte est issu du séminaire “Vingt ans de sciences sociales”, organisé à l’EHESS en 2015-2016 avec F. Hulak, B. Karsenti, et G. Salmon.

Carbon Democracy est un ouvrage publié en 2011 en anglais, et en 2013 en français, par l’anthropologue américain Timothy Mitchell. Ce livre propose une interprétation extrêmement forte de la dynamique de modernisation, dont l’essentiel tient dans une courte phrase, au début du livre : « Les combustibles fossiles, écrit-il, ont contribué à créer la possibilité et à définir les limites de la démocratie moderne »[1]. Cette formule fait écho à l’énoncé mystérieux de Max Weber, dans l’Ethique protestante, qui disait que « le cosmos de l’ordre économique moderne » va sans doute déterminer « le style de vie de tous les individus naissant au sein de cette machinerie » , et cela « jusqu’à ce que le dernier quintal de carburant fossile soit consumé » (EPC, p. 251). Continuer la lecture

Après la modernité, la nature. L’anthropologie des modernes de Latour et Descola.

Ce texte est issu d’une séance du séminaire « Les sciences sociales et la modernité », organisé à l’EHESS en 2013-2014.

Je vais dans ce texte m’intéresser à deux classiques contemporains, deux œuvres qui se sont construites en écho l’une à l’autre : Descola et Latour. C’est un hasard de la programmation du séminaire, mais on aborde ainsi le problème de la modernité par sa problématisation la plus actuelle.

Pour lire ces auteurs, je vais suivre le fil conducteur de la nature. Tous deux en effet ont construit l’essentiel de leur réflexion sur une déconstruction de l’opposition classique entre nature et culture, ou nature et société – et bien que des différences importantes les séparent à ce sujet, c’est leur terrain commun. La sociologie des sciences de Latour et l’anthropologie de la nature de Descola partagent en effet une conception de la société où la prise exercée collectivement sur le monde naturel est déterminante. Continuer la lecture

L’énergie des modernes : quelques propriétés politiques de l’économie du carbone.

Ce texte est issu d’une conférence donnée le 9 octobre 2014 à l’ENS de Paris, dans le cadre des “Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences”, à l’invitation de Mathias Girel.

On considère rarement l’énergie comme une question centrale pour la philosophie. Et cela est encore moins le cas pour ce qui concerne la philosophie politique, quand la philosophie (et l’histoire) des sciences concède qu’il s’agit là d’un concept clé de la physique. A cet égard, il est possible d’écrire une histoire de l’énergie en physique, qui suivrait la trajectoire tout à fait classique de l’émergence, de l’apogée, et du déclin (la force vive de Leibniz, la thermodynamique, et la physique relativiste). Je reviendrai rapidement sur certains éléments de cette histoire, mais seulement pour mettre en relief la signification historique des énergies, prises dans leur acception non pas strictement physique, mais plutôt sociale et politique. Continuer la lecture