L’énergie des modernes : quelques propriétés politiques de l’économie du carbone.

Ce texte est issu d’une conférence donnée le 9 octobre 2014 à l’ENS de Paris, dans le cadre des “Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences”, à l’invitation de Mathias Girel.

On considère rarement l’énergie comme une question centrale pour la philosophie. Et cela est encore moins le cas pour ce qui concerne la philosophie politique, quand la philosophie (et l’histoire) des sciences concède qu’il s’agit là d’un concept clé de la physique. A cet égard, il est possible d’écrire une histoire de l’énergie en physique, qui suivrait la trajectoire tout à fait classique de l’émergence, de l’apogée, et du déclin (la force vive de Leibniz, la thermodynamique, et la physique relativiste). Je reviendrai rapidement sur certains éléments de cette histoire, mais seulement pour mettre en relief la signification historique des énergies, prises dans leur acception non pas strictement physique, mais plutôt sociale et politique. Continuer la lecture