Modernité, capitalisme et nature (Séminaire 2015, séance 2)

Il s’agit ici du texte préparé pour la seconde séance de la première année du séminaire “La nature en politique”, qui a eu lieu en janvier 2015 à l’EHESS.

C’est un document destiné à l’enseignement, il peut donc y avoir des passages télégraphiques ou allusifs – utilisez les commentaires pour poser d’éventuelles questions !

Pour cette seconde séquence, je voudrais que l’on entre résolument dans le problème des rapports entre nature et modernité. Vous vous souvenez que c’est la question qui était ressortie de la discussion avec l’anthropologie, qui, en produisant un contraste fort avec les sociétés non modernes, traditionnelles, peu importe le terme, faisaient apparaître le statut d’exception de cette modernité. En même temps, ce contraste restait assez flou, tout simplement parce que la modernité n’apparaissait que négativement, comme le contraire de quelque chose d’autre, mieux connu par les anthropologues. Continuer la lecture

La nature comme fait social (séminaire 2015, séance 1)

Il s’agit ici du texte préparé pour la première séance de la première année du séminaire “La nature en politique”, qui a eu lieu en janvier 2015 à l’EHESS.

C’est un document destiné à l’enseignement, il peut donc y avoir des passages télégraphiques ou allusifs – utilisez les commentaires pour poser d’éventuelles questions !

Un individu isolé ne peut pas plus être propriétaire
d’une terre qu’il ne saurait parler
Karl Marx

L’objectif de cette première séance est d’élaborer la problématique générale de ce séminaire, c’est-à-dire les questions principales qui vont animer les lectures à venir. Il s’agit d’un cycle consacré à ce que l’on pourrait appeler de façon générale la philosophie environnementale, ou la pensée écologique, voire écologiste. Mais comme j’ai voulu le faire apparaître de façon claire dans le programme des séances proposé, mon intervention dans ce domaine largement débattu se caractérise par un décalage. Ce décalage tient au fait que l’essentiel des textes que nous allons étudier et discuter n’appartient pas, ou pas directement, à la tradition écologique, à ce courant de pensée que (je pense) nous connaissons tous, et qui se donne pour objectif de penser les conditions d’une intégration juste et durable des hommes dans leur milieu. Ce sont plutôt des œuvres théoriques à vocation générale, qui donnent des éléments sociologiques, historiques, économiques, sur les formes et les significations des rapports collectifs à la nature. Parfois même, la question de la nature y est secondaire, et ce sera à nous d’aller chercher dans le texte le sens qu’elle y prend. Continuer la lecture